les choses les plus simples Joan Baez Maxime Le forestier

C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
Que mes désirs reviennent bien avant toi

Quand je passe mes jours à oublier ces nuits
Quand je passe mes jours à oublier ces nuits
Quand je t’appelle et que tu n’entends pas

Refrain:
Alors, je me souviens des choses les plus simples
Les choses qu’on a dit ne jamais oublier
Les choses les plus simples, jamais oublier

Il faut marcher longtemps pour en finir de ces langueurs
Il faut marcher longtemps pour en finir de ces langueurs
Il faut fermer les yeux, partir ailleurs

Find more similar lyrics on http://mp3lyrics.com/zGwmEt les saisons qui traînent entre Paris et l’Océan
Et les saisons qui traînent entre Paris et l’Océan
Un ennui qui grandit en symphonie

au Refrain, x2

C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
Et c’est quand tu es là, bien avant moi

au Refrain

Then I think about the simple things we said
The things we promised never to forget
The simple things we said never to forget

au Refrain

Advertisements

2 responses to “les choses les plus simples Joan Baez Maxime Le forestier

    • Yes, I agree with the fact that Joan has matured with dignity while keeping her militant tender tone militancy.
      Always a pleasure to listen to her music, in all the languages she masters. So good to hear from you Frizze, thanks for commenting and inspiration!

      Like

Leave a Reply: (What... You're shy?)

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s