Gustavo Dudamel Johannes Brahms variations sur un thème de Joseph Haydn en si Majeur opus 56a: great compositions/performances

Gustavo Dudamel Johannes Brahms variations sur un thème de Joseph Haydn en si Majeur opus 56a

FROM:

Maxime Brisole

From Wikipedia

Les Variations sur un thème de Haydn, op. 56 (allemand : Variationen über ein Thema von Haydn) est une œuvre orchestrale en variations de Johannes Brahms, composée pendant l’été 1873. Cette œuvre est constituée d’un thème en si bémol majeur, de huit variations et d’un finale.

Le thème est extrait du choral Saint-Antoine de la Feldpartie en si bémol majeur, Hob. II/46 de Joseph Haydn. Brahms a écrit huit variations sur ce thème, plus un final. Le finale est une passacaille magnifique, dont le point culminant, une reformulation du choral, est un moment d’une grande transcendance, au point que Brahms, habituellement austère, se permet l’utilisation d’un triangle.

Deux versions existent : une version pour deux pianos, celle que Brahms a écrite en premier (mais désignée Op. 56b), et une version pour orchestre, dénommée op. 56a.

Cette dernière version est considérée comme « la première série de variations indépendantes pour orchestre dans l’histoire de la musique »1. L’orchestre contient un piccolo, deux flûtes deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, un contrebasson, quatre cors (2 en mi bémol, 2 en si bémol), 2 trompettes, des timbales, un triangle ainsi que la composition habituelle des cordes (premiers et seconds violons, altos, violoncelles et contrebasses).

Les Variations sur un thème de Haydn, op. 56 (allemand : Variationen über ein Thema von Haydn) est une œuvre orchestrale en variations de Johannes Brahms, composée pendant l’été 1873. Cette œuvre est constituée d’un thème en si bémol majeur, de huit variations et d’un finale.

Le thème est extrait du choral Saint-Antoine de la Feldpartie en si bémol majeur, Hob. II/46 de Joseph Haydn. Brahms a écrit huit variations sur ce thème, plus un final. Le finale est une passacaille magnifique, dont le point culminant, une reformulation du choral, est un moment d’une grande transcendance, au point que Brahms, habituellement austère, se permet l’utilisation d’un triangle.

Deux versions existent : une version pour deux pianos, celle que Brahms a écrite en premier (mais désignée Op. 56b), et une version pour orchestre, dénommée op. 56a.

Cette dernière version est considérée comme « la première série de variations indépendantes pour orchestre dans l’histoire de la musique »1. L’orchestre contient un piccolo, deux flûtes deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, un contrebasson, quatre cors (2 en mi bémol, 2 en si bémol), 2 trompettes, des timbales, un triangle ainsi que la composition habituelle des cordes (premiers et seconds violons, altos, violoncelles et contrebasses).

 

Advertisements

Leave a Reply: (What... You're shy?)

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s