Tag Archives: la nuit

les choses les plus simples Joan Baez Maxime Le forestier


C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
Que mes désirs reviennent bien avant toi

Quand je passe mes jours à oublier ces nuits
Quand je passe mes jours à oublier ces nuits
Quand je t’appelle et que tu n’entends pas

Refrain:
Alors, je me souviens des choses les plus simples
Les choses qu’on a dit ne jamais oublier
Les choses les plus simples, jamais oublier

Il faut marcher longtemps pour en finir de ces langueurs
Il faut marcher longtemps pour en finir de ces langueurs
Il faut fermer les yeux, partir ailleurs

Find more similar lyrics on http://mp3lyrics.com/zGwmEt les saisons qui traînent entre Paris et l’Océan
Et les saisons qui traînent entre Paris et l’Océan
Un ennui qui grandit en symphonie

au Refrain, x2

C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
C’est quand la nuit m’échappe et que je ne peux pas dormir
Et c’est quand tu es là, bien avant moi

au Refrain

Then I think about the simple things we said
The things we promised never to forget
The simple things we said never to forget

au Refrain

Advertisements

DALIDA, LE TEMPS DES FLEURS (On etait jeune, et ont croyait au ciel) / Those Were The Days – Liam Clancy


Dans une taverne du vieux Londres
Où se retrouvaient des étrangers
Nos voix criblées de joies montaient de l’ombre
Et nous écoutions nos cœurs chanter

C’était le temps des fleurs
On ignorait la peur
Les lendemains avaient un goût un miel
Ton bras prenait mon bras
Ta voix suivait ma voix
On était jeunes et l’on croyait au ciel

Et puis sont venus des jours de brume
Avec des bruits étranges et des pleurs
Combien j’ai passé de nuits sans lune
À chercher la taverne dans mon cœur

Tout comme au temps des fleurs
Où l’on vivait sans peur
Où chaque jour avait un goût de miel
Ton bras prenait mon bras
Ta voix suivait ma voix
On était jeunes et l’on croyait au ciel

Et ce soir je suis devant la porte
De la taverne où tu ne viendras plus
Et la chanson que la nuit m’apporte
Mon cœur déjà ne la connaît plus

C’était le temps des fleurs
On ignorait la peur
Les lendemains avaient un goût de miel
Ton bras prenait mon bras
Ta voix suivait ma voix
On était jeunes et l’on croyait au ciel.