Tag Archives: Midi-Pyrenees

Avignon: Main Entrance of The Palais des Papes (Pencil sketch no.1 FotoSketcher) (My Art Collection)


Main_entrance_of_the_Palais_des_Papes BW pencil-sketch-1-_FotoSketcher

Avignon: Main_entrance_of_the_Palais_des_Papes BW pencil-sketch-1-_FotoSketcher (click to enlarge) (My Art Collection)

Avignon: Main entrance of the Palais des Papes (Pencil sketch no.1 FotoSketcher) (My Art Collection)

Advertisements

Léo Ferré – L’oppression


Léo Ferré – L’oppression

Tiré du DVD “Sur la scène” (1972/1973 Olympia)

L’oppression

Ces mains bonnes à tout même à tenir des armes
Dans ces rues que les hommes ont tracées pour ton bien
Ces rivages perdus vers lesquels tu t’acharnes
Où tu veux aborder
Et pour t’en empêcher
Les mains de l’oppression

Regarde-la gémir sur la gueule des gens
Avec les yeux fardés d’horaires et de rêves
Regarde-là se taire aux gorges du printemps
Avec les mains trahies par la faim qui se lève

Ces yeux qui te regardent et la nuit et le jour
Et que l’on dit braqués sur les chiffres et la haine
Ces choses “défendues” vers lesquelles tu te traînes
Et qui seront à toi
Lorsque tu fermeras
Les yeux de l’oppression

Regarde-la pointer son sourire indécent
Sur la censure apprise et qui va à la messe
Regarde-la jouir dans ce jouet d’enfant
Et qui tue des fantômes en perdant ta jeunesse

Ces lois qui t’embarrassent au point de les nier
Dans les couloirs glacés de la nuit conseillère
Et l’Amour qui se lève à l’Université
Et qui t’envahira
Lorsque tu casseras
Les lois de l’oppression

Regarde-la flâner dans l’il de tes copains
Sous le couvert joyeux de soleils fraternels
Regarde-la glisser peu à peu dans leurs mains
Qui formerons des poings
Dès qu’ils auront atteint
L’âge de l’oppression

Ces yeux qui te regardent et la nuit et le jour
Et que l’on dit braqués sur les chiffres et la haine
Ces choses “défendues” vers lesquelles tu te traînes
Et qui seront à toi
Lorsque tu fermeras
Les yeux de l’oppression

Enhanced by Zemanta

“Le Plat Pays” Mr Jacques Brel – 1962



Jacques Brel
“LE PLAT PAYS”
1962

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague
Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues
Et de vagues rochers que les marées dépassent
Et qui ont à jamais le coeur à marée basse
Avec infiniment de brumes à venir
Avec le vent de l’est écoutez-le tenir
Le plat pays qui est le mien

Avec des cathédrales pour uniques montagnes
Et de noirs clochers comme mâts de cocagne
Où des diables en pierre décrochent les nuages
Avec le fil des jours pour unique voyage
Et des chemins de pluies pour unique bonsoir
Avec le vent d’ouest écoutez-le vouloir
Le plat pays qui est le mien

Avec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu
Avec un ciel si bas qu’il fait l’humilité
Avec un ciel si gris qu’un canal s’est pendu
Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui vient s’écarteler
Avec le vent du nord écoutez-le craquer
Le plat pays qui est le mien

Avec de l’Italie qui descendrait l’Escaut
Avec Frida la blonde quand elle devient Margot
Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
Quand le vent est au rire quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud écoutez-le chanter
Le plat pays qui est le mien.